La nouvelle année, son anniversaire, septembre sont des occasions pour prendre des décisions, réfléchir au changement ou décider de commencer ou d’arrêter quelque chose. Mais le cerveau ou les habitudes n’aiment pas le changement alors parfois où généralement les bonnes décisions s’estompent aussi vite qu’elles sont arrivées. D’où cette idée des 21 jours qui prolifère dans les librairies et sur le net..

Il y a :

Les 21 jours «  j’arrête de râler »

Les 21 jours minimum entre deux séances de soin énergétique

Les 21 jours pour accepter l’idée de changer de travail

Les 21 jours qui permettent à une nouvelle habitude de devenir un automatisme

Les 21 jours dans la vie des connexions neuronales

Les 21 jours pour améliorer mon anglais

Les 21 jours pour retrouver ma joie

Les 21 jours pour regarder moins la télé et lire un livre de développement personnel

Les 21 jours pour consommer moins, arrêter de fumer, diminuer la viande, mettre le bio dans ma vie …

 

Il existe aussi

Les 100 jours de Lilou Macé

Les 10 jours de Vipasanna

Les 28 jours du cycle lunaire

Les 365 jours du cycle de la terre

 

L’objectif commun de tous ces challenges est de faire évoluer quelque chose à l’intérieur de soi, puis par voie de conséquence à l’extérieur de soi. Les multiples exemples précédents parlent d’eux même.

Il nous faut un objectif ou un souhait profond et personnel, une date de début et une date de fin ou d’accomplissement.

Le faire à plusieurs créé un effet de groupe qui peut nous porter, un thème commun, ou chacun le sien. Lorsque ces challenges sont fait seul, le soutien de l’entourage positif et bienveillant est précieux ou bien de se faire accompagner par un psy, un sophrologue ou par un praticien en médecine alternative par exemple.

Le principal est de choisir une personne positive qui vous fasse du bien.

Comme dans tout travail sur soi, le journal, le carnet de pépites ou de cheminement est important.

« Marquer sur son cahier ancre les choses dans le concret, la réalité»

Pourquoi 21 jours minimum ?  Je n’ai aucune réelle conviction sur cette durée mais un travail prend du temps et le quantifier dès le départ permet d’avoir un but. Par contre interrompre le temps que nous nous sommes fixés à un réel impact sur notre enthousiasme, notre conviction, notre estime ou image de soi  et donc notre objectif, interrompre au 20ième  jour nous impose de recommencer.

Pour revenir sur les 21 jours, c’est tout de même pertinent, en trois semaines on a le temps d’affiner son processus, sa démarche et sa technique. On a aussi le temps de voir évoluer les choses et surtout on a le temps de la stabilisation et de l’intégration. On a aussi le temps de réviser notre objectif et peut-être prendre plus de temps. Notre cerveau a besoin d’un certain temps pour faire de ses rêves une réalité. Notre époque va vite, si nous regardons la nature, son cycle est de 3 mois, le nôtre est peut-être de 21 ou 28 jours finalement.

Jean-Claude Killy pour augmenter ses performances sportives visualisait sa réussite totale, il n’arrêtait pas sa visualisation avant d’avoir franchi la ligne d’arrivée. L’important est d’aller au bout du temps que nous nous sommes offert à nous même pour notre évolution et notre mieux être.

Imaginer bouger son bras ou le faire réellement pour le cerveau c’est la même chose, il réagira pareil, fera circuler l’information pareillement dans les deux cas. Cette fonction du cerveau est utilisée par exemple en Kinésithérapie, sophrologie, relaxation, méditation…

A investiguer : Les neurosciences et la plasticité du cerveau

« Imaginer les choses les met à notre portée » Dr M Clerc

Il est aussi important quelques semaines ou mois après la fin du travail de relire son carnet afin de faire un état des lieux sur le sujet travaillé. Trois mois après je suis comment avec l’estime de soi, je suis comment dans ma créativité, j’ai fait quoi depuis…

Et si nécessaire refaire quelques jours ou tous les deux, trois jours un retour à soi pour vérifier que le changement est toujours actif ou en évolution. Avec les moyens modernes, on peut se programmer un rendez-vous avec soi.

Bon challenge et bonne découverte à la conquête de soi.