En Communication Non Violente, on ne cherche pas à faire taire quelque chose qui n’est pas moral ou juste de penser.

On cherche plutôt à comprendre quel besoin n’est pas nourri derrière cette manière de fonctionner, de penser, d’être, de parler ou de ne pas parler.

 

 

Pour le Chacal contre soi même, le but n’est pas de le faire taire ou de le mettre de côté éternellement, mais plutôt de l’accueillir  ou les accueillir un par un pour pouvoir entendre ce qu’ils ont à dire.

Avec un accueil, sans jugement où attente, il est possible de démêler le fil pour comprendre l’histoire, pour l’accompagner, trouver les besoins qui n’ont pas été nourris à ce moment là et voir ce que l’on peut faire pour étancher sa soif afin qu’il n’ait plus besoin de crier.

 

Et puis il y a l’autre chacal, celui tourné vers l’extérieur, quelqu’un qui crie, qui dénigre, quelqu’un qui sait mieux que vous ce qui est bien pour vous. Quelqu’un qui assoit son autorité par toute forme de violence, le harcèlement, la culpabilité, le dénigrement.

«Grâce à ça, on ne peut plus entendre les insultes ou les reproches, en n’utilisant plus les zones radios des jugements et des critiques. Grâce à l’utilisation de cette technologie “oreilles girafe”, les critiques, les commentaires blessants, les insultes seront éliminés et nous n’entendrons plus que s’il te plait et merci. L’expression des jugements et des reproches est juste l’expression tragique et suicidaire d’un s’il te plait et merci qui n’a pas su s’exprimer.On est pas obligé de se rebeller ou de se soumettre, ne pas laisser l’extérieur décider de nos réactions. On ne peut pas obliger ». Marshall

Quelques exemples de communication en mode chacal pouvant être utilisées: