Le mental de l’homme peut être négatif, positif et peut-être même neutre ou dans l’équanimité.

Cependant, la grande tendance dans notre monde moderne est de sur-utiliser son mental d’une manière négative ou répétitive et non productive.

Ce mental peut sans cesse parler dans notre tête comme un être mal éduqué qui donne son avis à tout bout de champs sur tout, sur nous et sur tous. Plus on l’écoute, plus on le suit, plus il parle et assène des vérités, des commentaires qui lui sont personnels et plus on le subit.

L’égo lui, qui peut être positif, négatif ou peut-être neutre, mais à force d’entendre ce mental sombre et incessant, l’égo peut finit par suivre presque aveuglement ce mental négatif.

Par voie de conséquence, notre égo bascule du côté sombre de ces possibilités. Comme deux enfants qui s’entrainent mutuellement dans une idée pas très positive qui se soldera par de grosses bêtises.

Plus ce système est alimenté par les pensées, plus les choses enflent et prennent des proportions parfois totalement démesurées.

Qui n’est jamais parti dans sa tête d’un petit mécontentement à un gros cinéma mental à force d’y penser et d’y repenser.

Tout ceci ne peut se défaire et se taire qu’avec le plein pouvoir de la prise de conscience de cette douloureuse et tragique situation.

Lorsque l’égo dégonfle le mental se pacifie, alors peut émerger l’être profond, caché, inconnu, enterré vivant derrière ses masques,t es systèmes de défenses, de protections. Une simple décision suffit pour faire évoluer un comportement négatif, petits pas après petits pas, une action à la fois.

Pour une nouvelle vie, de nouvelles pensées, de nouvelles paroles et de nouvelles relations.

Au début, c’est difficile de maintenir son choix, sa décision. On oublie, on rechute, on choisit la facilité mais à force de se reprendre, de recommencer, de reformuler les phrases ou pensées négatives, la magie de la vie opère, les choses se mettent en place, s’ancrent et tout devient possible.

Le mental négatif nous projette dans un monde de pouvoir, de peur, d’emprise, de critique, il détruit les relations, les ambitions. Il se tourne volontiers vers ceux qui parlent forts mais aussi contre celui qui se laisse prendre, par le pouvoir de la dévalorisation, de l’auto sabotage, du dénigrement, de la dualité entre ce que je suis et ce que je voudrais être …La transmutation, le changement ne peut se faire que par une prise de conscience de ces états intérieurs et par un vouloir certain de changement.

Reconnaitre l’activité négative du mental est un premier acte fort et positif au plus profond de son être. L’éducation ne nous permet généralement pas d’édifier de solides fondations dans la profondeur positive de notre être.

C’est alors à l’âge adulte que nous devons nettoyer les dysfonctionnements, faire évoluer les schémas répétitifs personnels ou transmis qui ne servent pas notre plus haut but ou la plus haute dimension de nous-même.

Ce nettoyage, cet élagage permettra à la première pierre de notre temple intérieur d’être posée.

Cet édifice intérieur qui accueillera la personne la plus importante en ce jour, soi-même.

Le mental négatif c’est comme un être en son être qui nous retient et qui nous empêche d’avancer, d’être nous-même, qui interfère dans nos propres ressentis, dans nos décisions.

Savoir ce qui est juste de faire ne se réfléchit pas dans le cerveau mais dans son cœur, lâcher le mental c’est se relier au cœur, pour atteindre l’intelligence du cœur. Ce n’est pas une faiblesse ou quelque chose de bucolique, mais le meilleur endroit pour ressentir si ce que je fais ou pense est juste pour moi-même et les autres.

Analyser cet envahisseur pour le limiter dans son impact dans la vie et le transformer en mental positif, puis pacifié. Prendre conscience de ses rengaines est un très bon point de départ. L’observation des pensées permet de différencier les pensées négatives, des pensées positives donc du mental négatif et du mental positif, sans jugement, ni interprétation simplement dans l’observation factuelle, telle une caméra qui capte le moment présent.

Observer avec détachement. Le mental négatif n’aura plus d’emprise sur vos actes car vous n’adhérez plus à ce qu’il dit. En dissociant ces pensées de votre être véritable, le pouvoir du négatif sera limité puis séparé, devenu obsolète. Vous serrez libre de penser.

En attendant, rectifier le discours du mental, comme on rectifiait un enfant.

Le mental négatif ou les pensées négatives ne peuvent avoir une attitude positive. Ce système génère de la rigidité, consciente ou inconsciente, mentale, émotionnelle pour finir physique.

Le mental négatif rigidifie la pensée et donc le corps et là tout de même impossible de ne pas voir qu’il y a un problème. La psyché prévient toujours par des émotions, des pensées, des sensations, des flashs intuitifs mais lorsque nous n’entendons pas ou ne voulons pas entendre le corps commence à manifester par un petit symptôme, un petit signal qui peut finir pas une grosse injonction d’arrêter ce fonctionnement.

“Parfois l’homme a besoin de se prendre un mur pour le voir, le sentir ou entendre”.

Le corps émotionnel rigidifié par ses pensées délaisse la joie, l’amour de soi et l’amour de la vie.

Le mental, les émotions, les pensées, l’inconscient et le physique sont liés, ils sont les cordes d’un même instrument : l’Homme.

Les profondes et inflexibles rectifications de diverses attitudes non porteuses du comportement ont comme déclencheur la compréhension qui permet l’intégration et donc le changement.

Pour s’ouvrir au changement la volonté pleine et entière est déterminante.

Lorsqu’on réalise que le mental négatif n’engendre pas la liberté, alors l’envie de grandir crée le mental positif, l’élan revient.

Des états de compréhension et d’intégration permettent d’ancrer pour s’affirmer dans la direction choisit et non subit.

Grandir avec un mental négatif est un peu comme vivre dans un immeuble bancal, c’est hasardeux.

Limiter le mental négatif pour le voir se transformer progressivement en mental positif est une merveilleuse motivation et une joie profonde.

L’humain ne sait pas toujours lâcher prise sur certaines choses sans souffrance ou résistance. L’égo est fort, il résiste, seule la volonté, la confiance en soi permettent de se transformer et de lâcher les vieux schémas dont le temps est révolu.

A force de patience, de travail rectificatif, les pensées seront durablement transformées.

La constatation du progrès, de l’évolution est une prise de conscience qui va agir au niveau psychique et vous différencier du mental négatif, vous dissocier. Vous serez deux, deux personnes distinctes.

Vous devenez son spectateur et non son acteur. La pensée neutre ou positive donne de la légèreté, du calme, la fatigue mentale et physique en sera diminuée.

Le mental doit être au service de l’homme et non l’inverse.

Les phrases positives conditionnent l’esprit de la journée et la relation aux autres.

Les phrases positives doivent être un réflexe mental, un équilibre mental.

Le grand final de ce travail sera de remettre le mental à sa juste place qui est celle de servir l’homme dans sa dimension la plus haute et lumineuse.

Lâcher ce qui ne nous épanouit pas ou plus pour s’ouvrir à tout ce que la vie peut nous offrir pour notre épanouissement personnel.

MaudArc